top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurcolin et anso valas

Et si c'était le Spinal de Pérez?

Manque de créativité? Angoisse de la feuille blanche?


Troubles de la vessie : énurésie, envie fréquente d'uriner, infections à répétition?


En avoir plein le dos? douleurs, scoliose, hernies... fatigue chronique?


Indécision? sentiment d'abandon?


Survie permanente?


Mémoire et concentration difficile?


Et Si c'était votre Spinal de Pérez?


Mais qui est-ce donc que ce Pérez?

Le spinal de Pérez est un réflexe archaïque qui invite le bébé à étirer son corps vers l’arrière, à « cambrer » son dos et ainsi sortir de la position fœtale.

Ce réflexe apparait à l’accouchement, pour nous aider à nous extraire du canal vaginal. Ce sont les contractions utérines qui le déclenche.

En cas de césarienne ou de naissance prématurée, ce réflexe aura moins de chance d’avoir pu émerger.


Il devrait disparaitre vers 6 mois de vie mais il n’est pas rare de l’observer jusqu’à 2 ans.

Il habite le long de la colonne vertébrale, du sacrum à la nuque.


Durant sa phase d'activité, il va permettre de créer du lien entre la tête, le corps et les membres.

Il va tonifier nos chaines musculaires postérieures en faisant travailler nos muscles spinaux (dans le dos)


Il est à l’origine d’une chaîne de réflexes composée de Landau, RTSC et RTP qui, ensemble, contribueront aux différentes étapes motrices vers l’autonomie (retournement, reptation, 4 pattes).

Il travaille main dans la main avec le RTL et ensemble, ils joueront un rôle important dans notre posture définitive (fixée vers 6 ans) car ils vont créer l’équilibre entre nos chaines musculaires antérieures et postérieures.


En cas de non-intégration notre posture se dégrade : épaules enroulées vers l’avant, cambrure très prononcée, scoliose, discopathies (hernies, protrusions), douleurs du rachis…


Il permet également la maturation de nos centres nerveux génito-urinaires. S’il reste actif, il peut engendrer des problèmes de vessie : besoin d’aller très souvent uriner (nuit et jour) en petite quantité, énurésie, infections à répétition lié à une vidange mal-efficace.

Mais également des douleurs vaginales et/ou abdominales basses lors des rapports sexuels ainsi que des troubles de l’érection.


D’un point de vue cognitif, en nous verticalisant, Pérez nous donne accès aux informations extérieures et aux centres supérieurs de notre cerveau. Il nous aide dans la concentration, la compréhension et la mémorisation. Les apprentissages, la pensée organisée et l’accès à notre créativité sont donc directement influencés par lui.

Si son intégration n’est pas complète, réfléchir devient énergivore : fatigue intellectuelle, troubles de la mémoire, tendance à la procrastination, compréhension difficile…

Il joue également un rôle important dans nos perceptions visuelles

Ce réflexe est un réflexe de stabilité émotionnelle, en lien avec ce qui nous soutient dans la vie.

Mal intégré, il nous procure une sensation d’être peu soutenu voir abandonné. De manière générale, il déclenche une forme d’INDECISION qui a terme pourra se traduire par de la fatigue, de la déprime voir de la dépression.


Chez les enfants, nous observerons des loulous ayant besoin de BOUGER TOUT LE TEMPS. Les profils TDA/H ne sont pas rare ( Troubles Déficitaires d'Attention avec/sans Hyperactivité physique et/ou mentale).

A l'école, ces enfants auront tendance a adopter une posture avachie favorisant leur capacité d'écoute en mettant le réflexe en sourdine. Si, l'enseignant leur demande de se redresser, non seulement ils n'y parviennent pas mais de plus, cela finit d'achever leur faible concentration. Il leur est souvent fait le reproche de ne rien écouter alors qu'en réalité ils retiennent difficilement. Il en va de même pour les leçons, sues le soir, oubliées le lendemains matins!

Ces petits là détesteront les maths, particulièrement les problèmes, ainsi que l'expression écrite. Tout ce qui fait écho à la créativité, à inventer, au fait de laisser libre cours à son imagination les paralysent.

Rester assis sur une chaise est une torture pour eux et ils finissent par "péter les plombs", traversé par d'importantes colères.

Ces profils d'enfants ont de grandes chances d'avoir également des problèmes vésicaux.

Des difficultés à percevoir l'envie d'aller uriner ou au contraire des envies très fréquentes.

L'enfant qui ne perçoit pas bien ses besoins va demander en permanence à aller aux toilettes pour se rassurer, il est malheureusement rarement cru, pensant à tort qu'il souhaite se balader au lieu de travailler.




Sources:

- "Le pouvoir des réflexes à l'école": emmanuelle sutherland

- "je me prépare à re-naitre": Bénédicte Cazals







116 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

تعليقات


bottom of page