top of page
Rechercher
  • anne-sophie valas

La reptation de Bauer

Le fait de ramper serait donc un réflexe archaïque ? et bien oui ! et il est même primordial.


Le réflexe archaïque de reptation émerge à 28 semaine in-utero, soit à 7 mois. Ensuite, il s’active à la naissance pour aider le bébé à se faufiler hors du canal de naissance. A ce moment, un bébé posé sur le ventre de sa maman va grimper comme par magie jusqu’au sein et ainsi, pouvoir se nourrir grâce à une ribambelle d’autres réflexes que sont le fouissement, la succion, l’agrippement et babkin. Il s’agit donc d’un réflexe de SURVIE.

Il déterminera par la suite notre capacité à avancer dans la vie


La reptation est un méta-shème, cela signifie qu’il réunit les compétences de plusieurs autres réflexes : Babinski, allongement, amphibien, galant, RTAC, traction des mains… Nous comprenons ainsi comment la non-intégration d’un réflexe peut venir entraver tout un développement.


D’un point de vue cognitif, la reptation va permettre de développer les compétences centrales de l’ORGANISATION.


Il agit dans les 3 dimensions de l’espace permettant ainsi d’organiser le système nerveux central et périphérique.


Pour exemple, en rampant le bébé apprend à balayer le champ visuel à droite et à gauche, ces mouvements sont les prémices des futures compétences de lecture. Une fois la reptation acquise, le bébé pourra se mettre quatre-pattes validant ainsi ses appuis, préalable indispensable aux futures compétences d’écriture et de motricité fine. Le 6 pattes qui en suivra permettra au bébé de relever et soutenir plus facilement sa tête ouvrant ainsi son champ visuel et auditif.


Nous comprenons donc qu’une reptation efficace et intégrée permettra des apprentissages efficaces.


Par contre, en cas de non-intégration, il n’est pas rare d’observer des apprentissages difficiles, un manque d’organisation, des difficultés à recruter sa créativité et à associer des idées. Les troubles de la lecture ainsi que la dysgraphie peuvent prendre racine ici


Si nous nous intéressons à la dimension corporelle, la reptation va participer activement au CENTRAGE de l’individu, c’est-à-dire à la connexion entre le haut et le bas du corps. Mais il va également nous permettre de prendre conscience du lien entre le centre, soit l’axe du corps et la périphérie (les membres). Toutes ces informations réunies nous permettent de paramétrer notre centre de gravité, préalable indispensable à la mise en place des réflexes de vie que sont :gravité, enracinement et équilibre qui eux sont actif en permanence au cours de note vie (contrairement aux réflexes primitifs)


Physiologiquement, la reptation est dans un premier temps homolatéral (du même côté). Ensuite, elle s’opère de manière croisée càd que les membres opposés vont travailler ensemble.


Dans le cas ou la reptation ne pourrait pas s’intégrer, le bébé à de forte chance de manquer les grandes étapes suivantes et laisser place à un désordre moteur conséquent : manque de coordination et de perception de son corps, difficultés à croiser la ligne médiane, évitement des grandes étapes motrices…


Il s'agit donc de rester particulièrement vigilent concernant les enfants (et plus tard les adultes) ayant connus la prématurité, un accouchement dystocique, une séparation précoce, des entraves aux mouvements durant la première année de vie.


Et vous? quand avez-vous rampé pour la dernière fois? faites le test, filmez-vous en train de ramper, vous n'avez probablement pas finit de rire ;)


source: "j'intègre le mouvement dans ma vie" Benedicte Cazals, @arcenflex

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page